Plan de relance

DONNONS DES AILES AUX PROJETS INDUSTRIELS

Avec la crise sanitaire, le gouvernement a renforcé son soutien aux projets industriels. La filière papetière bénéfi-cie d’un nouvel élan pour concrétiser ses démarches de transformation… Avec le CTP !

Cette année 2020, très atypique à plusieurs égards, confirme les évolutions sociétales fortes que l’on sentait depuis quelques années. De nouvelles réglementations, telles que la loi EGalim issue des États généraux de l’alimentation, la loi AGEC pour réduire le gaspillage et favoriser l’économie circulaire, le décret 3R pour promouvoir la réduction, le réemploi et le recyclage dans le domaine des emballages, ou encore la directive Single Use Plastic Directive (SUPD), font écho à cette tendance et poussent les donneurs d’ordre à trouver des alternatives à la mise sur le marché de produits à usage unique base plastique. Les matériaux lignocellulosiques sont des bons candidats, pour peu que la filière s’inscrive dans une démarche d’éco-conception et se pose les bonnes questions compte tenu, par exemple, des nouveaux modes de consommation, qui favo-risent les circuits courts et changent les cahiers des charges. Quels matériaux ? Pour quelles performances ? Pour quels usages ?

Le CTP, fort des résultats de son Programme de Recherche Collective (PRC), apporte des réponses à ces nouveaux enjeux et accompagne les industriels dans leur mise en œuvre, que ce soit dans l’optimisation de procédés ou produits existants, ou grâce au transfert de technologies de rupture.

DE NOUVEAUX INVESTISSEMENTS

En termes de financement, avec la mise en place du plan de relance, le gouvernement offre des mesures inédites de soutien aux investissements pour les entreprises françaises afin de contrer les effets négatifs de la crise sanitaire du Covid-19 qui a ralenti des pans entiers de l’industrie. Pour faire de l’industrie un pilier de la relance économique, le gouvernement a mobilisé en 2020 des moyens exceptionnels pour le soutien à l’investis-sement et la modernisation de l’industrie française. Cette mobilisation, qui se poursuivra sur 2021 et 2022, se portera à environ un milliard d’euros d’aides directes, permettant de soutenir des projets industriels ambitieux.

En pratique, différents appels à projets ont été ouverts par des acteurs tels que BPI France, l’Ademe… tant au plan national qu’à l’échelle des territoires. Le niveau national cible les entre-prises sur des secteurs stratégiques comme l’agroalimentaire, la santé, mais aussi la chimie, les matériaux. Sur le plan régional, les investissements susceptibles de démarrer rapidement avec des retombées socioéconomiques fortes pour le territoire portent sur tous les secteurs. Les enjeux sont le maintien et la création d’emploi, la résilience économique, les perspectives d’amélioration de la compétitivité, la contribution à la transition écologique ou encore le développement des solidarités. Les projets éligibles doivent engager un minimum de 200 k€. Plusieurs sites papetiers ont déjà pu bénéficier du soutien du plan de relance pour développer leurs outils de production et améliorer leurs performances économiques et environnementales.

Dans le domaine de la décarbonation des sites industriels, plusieurs dispositifs ont été ouverts dès 2020 aux entreprises de toutes tailles, pour soutenir l’utilisation de procédés industriels plus sobres en énergie et moins émetteurs de gaz à effet de serre. Parmi ces dispositifs, une aide à l’investissement “sur mesure” pour les projets complexes d’amélioration de l’efficacité énergétique des procédés industriels, soit un investissement de plus de 3 millions d’euros assortis d’une aide à l’investissement pour des projets complexes de décarbonation des procédés industriels. 

Banniere_kraft_BD